Santiago

La première chose qui nous est bien sur venu en tête en arrivant sur le sol chilien fut : "he gringo! il est bon ton café !??" :D (Nes & Nes comprendront...) et le nouveau choc des cultures ne s'est pas fait attendre! Ici l'anglais peut passer à la poubelle ! On parle espagnol un point c'est tout :) En plus ils ne portent pas trop les américains dans leur coeur alors l'anglais... Pour moi ce sont les vieux souvenirs qui ressurgissent : 2 ans d'espagnol au lycée, ça fait loin et c'est là qu'on regrette de ne pas avoir continué ! Mais bon ça revient assez vite. Il faut simplement encore changer la façon de penser. L'anglais commençait à venir plus naturellement mais maintenant c'est la fonction espagnol du cerveau qu'il faut activer :)

Dans l'aéroport on se fait aborder par un chauffeur de taxi, on se dit ça y est il va encore falloir se battre contre tous ceux qui veulent nous vendre ce qu'on ne veut pas acheter ! Mais à notre grande surprise, après lui avoir simplement dit qu'on voulait prendre le bus, il nous a non seulement aidé à trouver le bus mais nous a aussi trouvé un hotel très symathique et pas cher ! Il passe un coup de fil pour nous et nous réserve la chambre. Vraiment sympa ! Etonnant, en tout cas, ça change de l'Asie ! Dans le bus nous découvrons le premier paysage chilien... chaud et sec, la pampa, quelques arbres perdus écrasés par la chaleur avec en toile de fond la cordillère des Andes. Ca y est on prend bien conscience : on est en Amérique du Sud !


Après une petite 1/2h de bus, nous arrivons donc à notre petit hôtel, un peu à l'écart du centre-ville mais juste à côté de la station de métro Los Heroes. Grande chambre et salle de bain privative, salle commune avec canapés, TV, billard. A l'arrière une petite cour intérieure protégée de la chaleur, on s'installe et déjà on entend parler français derrière notre fenêtre. On laisse nos affaires et on rejoint un sympathique toulonnais à la retraite : Jean. A la retraite oui, mais des plus actifs : il vient de finir son voyage de 6 mois pour rejoindre l'Equateur à Ushuaia en vélo. Il a perdu une quinzaine de KG, parcouru des milliers de km, dormi sous la tente 1 jour sur 3... sacré bonhomme ce Jean! En tout cas, une bonne tchatche et une super bonne compagnie!


 

Nous terminons la journée (après une bonne sieste!) tant bien que mal à rester éveillés en ce long jour pour visiter le centre-ville. On passe devant la Moneda pour rejoindre la place centrale : plaza des armas. Celle-ci est joliment arborée et entourée de beaux batiments typiques coloniaux en premier plan et encadré de grands buildings. Le rythme hispanique se sent partout ici : au plus fort de la chaleur l'après-midi personne dans les rues puis vers 19h, la vie regagne les quartiers jusque tard dans la nuit ! On tombe sur plusieurs manifestations, concerts, discussions publiques. Jean nous avait prévenu, dans une semaine, c'est l'élection du nouveau président ! Partout des affiches appellent à voter Frei (gauche) ou Pinera (très à droite apparemment). Les chiliens organisent des événements un peu partout pour soutenir leur favori. C'est marrant et ça met pas mal d'ambiance dans les rues. Apparement Pinera part favori, il part avec de l'avance sur Frei, beaucoup de manifs soutiennent donc ce dernier.

 

 

 

Le lendemain après une bonne nuit (on a encore un peu de mal à se remettre du décalage horaire), on part au hasard dans les rues de Santiago. On ressent encore une fois l'influence hispanique, les rues ne sont pas sales mais les constructions sont anciennes et mal entretenues, parfois il n'y a pas de trottoirs ou sinon ils ont la même de sorte de carrelage en béton moulé qu'on trouve sur les ramblas à Barcelone. Tout renvoie la chaleur, la pollution se fait également sentir et partout s'insinue une poussière ocre venant de la pampa. On passe au marché central, grand bâtisse avec son marché couvert, remplie de restos à touristes. On demande par curiosité à voir une carte, les prix sont 4 fois plus élevés que dans la rue voisines ! On fait la remarque au serveur qui nous répond en rigolant : "mais c'est normal ici c'est pour les touristes :)"... on est allé manger dans la rue voisine :)

 

 

 

 

Enfin après ce vagabondage bien agréable, nous sommes montés sur la colline surplombant tout Santiago ou le Cerro San Cristobal. Au sommet, une immense statue de la vierge Marie d'un blanc immaculé qui veille sur la ville... On emprunte un petit funiculaire qui nous laisse apercevoir progressivement l'immensité de la capitale. C'est un impressionante plaine enserrée entre les montagnes des Andes et envahie à perte de vue par de petites habitations. Le tout est bien sur recouvert d'une nappe de pollution... Du haut de la colline, la vierge Marie surplombe un petit amphitéatre en plein air où se déroule une messe. Le lieu en devient étrange, presque magique : la vue aérienne sur l'immensité de la ville qui d'ici a l'air de fonctionner au ralenti, le jour s'affaiblissant doucement, baignant la capitale d'une lumière orangée, le brouhaha étouffé et très lointain de la ville, recouvert par les chants religieux de la messe...


A la tombée de la nuit, retour à l'hôtel, retour à la réalité si étrange de la vie : on fait notre repas dans la cuisine et on rencontre un couple de chiliens qui discute avec nous un petit moment. On passe un moment sympathique, avant qu'ils nous proposent de venir sniffer de la coke avec eux ... On a gentiment refusé et ils nous ont répondu "n'ayez pas peur, en Europe c'est interdit mais ici..." on les a alors laissé à leurs occupations pour gagner une nuit bien méritée :)

non, non ... ce chien n'est pas mort ... il fait juste une bonne sieste :D

Commentaires (1)

1. zora 26/04/2010

j'adore la photo du chien quel pacha !!!!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×